Progresser en photo

Posté le 24 Avr 2014 dans Divers | 11 Commentaires


Bonjour à tous,
Aujourd’hui je vous propose d’aborder un sujet qui nous concerne tous, nous les photographes amateurs qui avons envie de progresser. Et ce sujet n’est autre que nos erreurs, nos ratés et toutes ces photos où, après coup, on s’est dit « p**** si je m’étais décalé, si j’avais surexposé, si j’avais bien réglé mes ISO… »

Cette réaction, je devrai dire cette déception, je la vis fréquemment et il est rare que je conserve + d’un dixième des photos d’une sortie, ce qui veut dire que je suis déçu par 9/10ème de mes photos. Ca ne veut pas dire qu’elles ont été inutiles, et j’ai presque envie de dire qu’elles sont indispensables : ce sont celles avec lesquelles j’apprends et je progresse.

Lorsque l’on fait du paysage ou shoote un sujet qui ne change et bouge pas, on peut se corriger tout de suite, cadrer différemment, et faire mieux, mais lorsque l’on essaye de prendre en photo un élément qui ne reviendra pas, il faut s’adapter très vite et tirer des leçons pour la prochaine fois. Alors voici quelques pistes pour apprendre de ses erreurs et progresser en photo. Pour simplifier la démarche, je vais me baser sur une seule et unique photo qui sera celle ci.

Photo à sausset les pins La mamie et l’enfant

Le cadrage

Ce qui me connaissent savent que je shoote principalement avec une optique fixe (un 50mm), je l’aime beaucoup. Mais qui dit focale fixe dit « attention au cadrage et à l’emplacement » : un coup d’oeil dans les coins du viseur s’impose pour s’assurer qu’il n’y a pas d’éléments. Il faut également veiller à être au bon endroit : ni trop loin (cela diminuerait l’importance du sujet), ni trop proche (la scène complète ne rentrerait plus dans le cadre). Puisqu’on parle de cadrage, il faut également veiller aux lignes de fuites : y a t’il des lignes sur lesquelles on peut s’appuyer pour guider l’oeil du lecteur ? La ligne serait-elle plus forte si je faisais un pas ou deux vers le côté ?

Sur la photo de l’exemple, il n’y a pas de ligne directrice, on se perd un peu à regarder la mer, et la majeure partie de la photo est sans intérêt, la moitié supérieure de la photo ne sert à rien. La leçon que j’en ai tirée, et c’est une phrase connue du photographe Robert Capa, c’est que « si ta photo n’est pas bonne, c’est que tu n’étais pas assez près »  : j’aurai dû me rapprocher, ou au moins zoomer (cette photo a été faite avec un 24-70). En guise de ligne de fuite, j’aurai pu utiliser la vague en plaçant en bord de mer au près des 2 personnes peut être… (vous avez d’autres idées ?)

L’histogramme

L’histogramme est un outil puissant. Pour obtenir des couleurs vives, on recommande d’exposer à droite, cela veut dire que l’histogramme doit être à droite dans le cadre, sans être coupé non plus.
Ici, je considère que l’histogramme est bon et que l’exposition est conforme à la réalité : le ciel était gris et sans matière, il est bien retranscrit pour moi (et pour vous ?), on a du détail partout, aucune zone n’est sacrifiée. Pour que ça se passe bien, j’avais volontairement surexposé un peu (+2/3 d’IL). Biensûr quand l’histogramme est mauvais, on peut corriger légèrement en post traitement, mais ça a ses limites, et surtout c’est nettement moins formateur que de se corriger à la prise de vue.

histogramme

histogramme

L’émotion, les visages et l’histoire

C’est bien joli l’histogramme, mais une belle émotion, même pas très bien exposée, aura toujours + d’impact qu’une photo techniquement parfaite mais sans âme. Ici, je rejoins une des pistes abordées dans la section « Cadrage » : j’aurai dû avoir les visages de face en me plaçant au bord de l’eau, on aurait sûrement vu le sourire de l’enfant, l’expression de la mamie et l’on aurait mieux compris la scène. Ou alors, en étant plus près, on aurait peut être compris ce qui se passait : la fille a t’elle jeté un caillou ? Montre t’elle un oiseau du bout du doigt ? On ne le sait pas, et c’est bien dommage, une photo avec une histoire est toujours plus percutante.

La profondeur de champs

C’est un des autres points que je contrôle à la prise de vue et souvent après celle-ci, quand je regarde mes photos : un mauvais choix au niveau de l’ouverture du diaphragme de votre boitier et vous avez trop ou pas assez de profondeur de champs (de zone nette, si vous préférez). Sur cette photo, shooté à ƒ/7.1, la profondeur de champs est importante, toute la scène est nette. Donc on se dit que le sujet c’est l’ensemble de la scène. Une fois de plus, j’étais trop loin, et c’est une erreur de ma part, en m’approchant, j’aurai pu faire une mise au point précise sur les 2 personnes, et avoir une mer floue, cela aurait apporté du mystère et du charme à la scène. On aurait aussi déduit facilement que le sujet, c’est le duo de personnes et pas l’ensemble de la scène. Ici, c’est subjectif, chacun, en fonction de ce qu’il veut montrer, peut choisir de laisser une petite ou grande profondeur de champs.

Regarder les photos des copains

Et oui, c’est aussi une excellente source de progrès : les photos des copains. Peu importe avec quel matériel elles ont été faites, en les regardant, il y aura forcément des choses intéressantes ou rebutantes et dans les 2 cas, on peut en tirer un apprentissage ! C’est le charme de la photographie : personne ne voit la même chose ! Alors il ne faut pas se gêner et regarder les photos des amis, sans pour autant chercher à les copier, on peut s’en inspirer. Et si on n’a pas d’amis, on peut manger des curly aller voir sur Flickr pour voir si des gens ont pris des photos au même endroit que vous (d’ailleurs ça marche aussi AVANT une sortie pour prendre des idées).

Shooter encore et toujours !

Et oui, ça reste le seul moyen de progresser vraiment : continuer à faire des photos, se souvenir de ce qui avait bien marché la fois d’avant, et surtout de ce qui n’avait pas marché ! Penser à ce qu’on s’était fait comme remarque(s) et se souvenir des éléments qu’on voulait corriger. Être + vigilant aujourd’hui qu’hier, être + strict dans ce que l’on conserve et ce que l’on supprime et être + attentif aux détails, à l’exposition et à l’émotion. Bref, plus facile à dire qu’à faire !

Et vous, à quels éléments faites vous attention pour progresser en photo ?

Edit : prenez le temps de lire le commentaire d’Alexandre Baron, il est très intéressant !

Photographe à Aix en Provence, je partage avec vous mes plus belles captures, mes astuces et mon quotidien.. Je suis toujours ouvert à l'échange alors n'hésitez pas à me faire vos remarques et/ou critiques pour que l'on en discute ! Sauf mention explicite, la copie et l'utilisation à des fins commerciales ou non de ces contenus ne sont pas autorisées.

11 Commentaires

  1. Quoi de neuf en ce lundi matin? [67] | Marc Charbonnier
    28 avril 2014

    […] d’autres dans ce pays, de personnes agées. David Steiner nous rappelle combien il est utile d’analyser en détail ses photos pour progresser. Un photographe urkrainien Oleg Oprisco nous propose de superbes images surréalistes et pleines de […]

    Reply
  2. Zwitterion
    25 avril 2014

    Bonsoir David,
    Trés bon billet, qui colle un peu à mon état d’esprit sur la photo en ce moment.

    J’essaie, comme tout le monde ici de progresser, et je m’amuse à un petit jeu en ce moment : mode manuel, avec les ISO les plus bas possible, « fixer » mon 17-50 mm sur la focale 24mm (équivalent à 38mm sur FF) et désactiver l’écran de visualisation. Et pour corser le tout, je me suis relancé dans la street photographie pour son côté « si tu loupes l’instant, c’est foiré ». Donc je peux me concentrer et travailler plus facilement le cadrage, en réajustant la vitesse ou la profondeur de champ pour avoir une bonne exposition si besoin.

    Et je me dis aussi qu’il serait peut-être temps pour moi de « décortiquer » les photos des autres (et les miennes, celles que je trouve réussis), mais avec les schémas que l’on peut retrouver dans les livres d’Anne Laure Jacquart : annoter les directions, l’utilisation ou non de la règle des tiers, le rôle de la profondeur de champ…. Je pense que ce travail me ferait beaucoup de bien 😉

    Voila, je sais pas si j’ai été très clair dans mes explications… En tout cas, merci pour tes explications.

    Reply
    • David Steiner
      25 avril 2014

      En street photo, il faut être encore + exigeant avec soi même : l’instant ne reviendra pas et il faut être très réactif. Il faut maîtriser son boîtier sur le bout des doigts pour pouvoir se concentrer sur le cadrage et faire tout le reste par réflexe, très vite !
      Si tu veux décortiquer et critiquer des photos, ne te gêne pas avec les miennes 😉
      Les livres d’Anne Laure Jacquart ont une super réputation mais pour l’instant je n’en ai pas encore lu un :-/

      Reply
  3. Pyrros
    25 avril 2014

    Ne jamais regarder les photos d’un lieu avant d’y aller sinon on se retrouve à ne pas chercher à faire mais à reproduire. (par contre en comprendre l’histoire ou les points d’intérêts est un plus ca évite de passer à coté)

    Regarder les photos des copains est une bonne idée mais il faut aussi confronter ses idées en commentant les photos des copains et parfois en exposant ses photos aux commentaires.
    Flickr et FB sont à fuir à cause de la qualité des retours reste la solution des forum, mais il ne faut pas se concentrer sur un seul forum car parfois on n’a pas les mêmes retours..;

    Reply
    • David Steiner
      25 avril 2014

      Regarder les photos d’un lieu ça peut aider à trouver des points de vue sympa. Mais après c’est sur qu’il faut savoir ne pas copier les photos et ça c’est pas simple, surtout quand on n’est pas inspiré par ce que l’on voit !

      Reply
  4. thibaudd
    25 avril 2014

    Chouette billet qui nous servira à tous ! Le plus compliqué pour moi, c’est de shooter ! J’ai peu de temps libre et j’ai peu de motivation pour le moment. Cette mauvaise impression d »avoir fait le tour de ce qui se trouve près de chez moi. Il est temps que je change d’air pour trouver une nouvelle fois l’inspiration.

    Juste pour info : l’histogramme que tu affiches vient d’Aperture ?

    Reply
    • David Steiner
      25 avril 2014

      Moi aussi j’ai peu de temps à y consacrer. C’est surtout durant les vacances et quand on me propose des sorties !
      L’histogramme vient bien d’Aperture !
      Pour ma part quand j’ai l’impression d’avoir fait le tour de ce qu’il y a près de chez moi je le refais en changeant d’objectif : on ne se concentre pas sur les mêmes éléments selon qu’on est avec un 17mm ou un 85 !

      Reply
  5. Alexandre Baron
    24 avril 2014

    salut David,
    d’après ma propre expérience, il y a quelques points que tu n’as pas énumérer comme par exemple les avis que tu peux avoir sur le net, amis, famille etc à savoir qu’il faut en prendre et en laisser, accepter les critiques (même les plus dures) si tant est qu’elle soit accompagnée d’explication est un très bon moyen d’avancer.

    montrer ses photos avec les données exifs permet a ceux qui regardent ton image d’en connaitre les informations importantes et t’aider avec des conseils plus personnalisés.

    regarder les photos des autres, c’est très bien si tant est que ces dernières soient très bonnes et que l’auteur n’abuse pas de la retouche car dans ce cas, si tu ne sais pas en faire autant (photoshop par exemple), tu ne pourras jamais avoir un rendu identique malgré la similitude des prises de vue niveau matériel, reglages voire date et heure de prise de vue.

    le soucis du net et de la photo numérique de nos jours est là et d’un autre coté nous permet d’avancer si tant est que l’on soit conscient qu’il y a très souvent beaucoup de retouche comme sur les photos que l’on trouve sur 1X ou 500pix.
    la lucidité en regardant des images via le net est importante car si tu en es dénué, tu perds patience, ta motivation et la confiance en toi et en tes images.

    Reply
    • David Steiner
      25 avril 2014

      Salut Alexandre !
      Oui effectivement tu as bien raison ! Les avis, critiques et remarques des amis, des « meilleurs » photographes et autres sont extrêmement importantes.
      Les données EXIFs aussi pour un public un peu + averti !
      La lucidité est fondamentale pour éviter de déprimer régulièrement en regardant des photos, d’ailleurs j’en aurai bien besoin !
      C’est vrai qu’en dehors des forums un peu spécialisés, on obtient rarement des avis éclairants sur nos photos, à moins de se créer un petit réseau de photographe via twitter ou un blog. Parfois @Pyrros ou @tbenezeth pour ne citer qu’eux me font une critique négative, sur le coup ça me fait mal, mais quelques jours après, je me dis qu’ils ont raison et qu’il n’y a que comme ça qu’on peut progresser.
      Du coup, merci pour ton complément à mon article, tu y ajoutes un élément super important ! Merci !

      Reply
  6. thursday
    24 avril 2014

    Bonsoir,
    Je me reconnais bien dans pas mal de points de ton article.
    Pour voir les choses du bon côté je dirai pour commencer, que si tu es déçu par 9/10e de tes photos c’est aussi parce que tu dois devenir de plus en plus exigeant avec toi même et que tu arrives à identifier ce qui va, ce qui ne va pas et c’est ainsi que l’on progresse je pense.
    C’est vrai que souvent on se contente d’un ou deux cadrages sans essayer de bouger ou de s’approcher, on oublie toujours un point… et souvent c’est la composition, le cadrage… qui passe au second plan…
    Pareil pour l’ouverture, pour ce genre d’images, je reste souvent dans les f/8 car j’y vois de la photo de paysage, alors que ce n’est pas toujours le sujet principal, ce qui est le cas sur ta photo.
    Je suis d’accord sur le fait que le plus important est l’histoire racontée par l’image et sur le bénéfice qu’il y a à regarder les photos des autres, cela aide à identifier ce qui fait qu’une image est réussie et il est plus facile d’être objectif sur les photos des autres que sur les siennes!

    Merci en tout cas, j’essayerai de penser à tout ça la prochaine fois mais il est encore difficile de penser à tout…!

    Reply
    • David Steiner
      24 avril 2014

      C’est pas simple de penser à tout. Et puis même si on y arrivait, on découvrirait de nouvelles choses à surveiller ! C’est aussi ce qui est bien avec la photo : on n’est jamais au top !

      Reply

Laisser un petit mot