Interview de Catherine a.k.a KitKatKlik

Posté le 28 Août 2014 dans Mariage | 10 Commentaires


Aujourd’hui, j’ai le plaisir de vous proposer l’interview d’une amie avec qui j’ai effectué une partie de mes études et qui a décidé de se lancer en tant que photographe de mariage à Toulon et environs. Ses réponses sont franches et honnêtes, découvrez donc Catherine et passez voir son site tout beau tout neuf après avoir lu ses réponses !

Bonjour Cath’, pour mes lecteurs, peux tu te présenter ?

Bonjour David et bonjour à tous !

Catherine, presque 28 ans, 1m66 et demi, varoise depuis 13 ans, future mariée 2015, euh… quoi d’autre ?
Ah oui ! Photographe : Kit.Kat.Klik Photografik, c’est mon bébé. Je réalise des reportages lors des événements familiaux tels que les mariages, baptêmes, anniversaires, anniversaires de mariage, anniversaires de baptêmes… :p Je fais également des shooting pour les couples, les enfants, les bébés… Du reportage, du portrait, je m’adapte et j’aime les nouveaux défis !
Je pense être quelqu’un de simple, aimant la vie et les gens. J’aime le naturel et c’est ce que je recherche au travers de mes clichés.

Photo by © Kitkatklik

#01 © Kitkatklik

Depuis combien de temps pratiques-tu la photographie ?

Je crois que j’ai toujours eu un appareil entre les mains, depuis toute petite. J’ai toujours été fasciné par cet objet qui fige les instants de la vie. En primaire, je ne partais pas en voyage scolaire sans mon jetable ! Bon, à l’époque, mes parents n’étaient pas vraiment convaincus par mon « talent », se retrouvant souvent avec des photos floues de cailloux ou de tronc d’arbre en quadruple (oui, j’étais prévoyante).

Puis j’ai grandi, je me suis offert mon premier compact numérique vers l’âge de 18 ans. Il me suivait partout pour immortaliser mes amis et nos péripéties. Et en 2009, après l’obtention de mon Master, j’ai voulu me faire un petit cadeau. C’est là que la passion est réellement née. J’avais enfin entre les mains mon premier joujou, un réflex tout beau, tout neuf, avec lequel j’ai appris l’art et la technique photographique. Depuis cette date, j’ai beaucoup évolué et j’évolue tous les jours.

Quel matériel utilises-tu ? Quand et surtout pourquoi ?

Mon premier réflex était un Canon, non pas par addiction pour la marque, mais parce qu’un ami avait le même et qu’il m’a plu. Depuis, je suis restée fidèle, et je suis pleinement satisfaite de mon matériel.

J’utilise un Canon 5D Mark III sur tous mes shooting. C’est mon bijou, mon chouchou. Il est lourd et encombrant quand on est une jeune femme frêle comme moi, mais je l’aime et je m’y suis habituée très rapidement !

Portrait d'enfant by © Kitkatklik

#02 © Kitkatklik

J’ai également un 6D pour pallier à une éventuelle défaillance et pour voyager. Je fais toujours très attention à mon outil de travail, c’est pourquoi j’utilise le boîtier le moins cher des deux pour mes photos perso ! On n’est jamais à l’abri de l’accident… Vous allez me dire « et pourquoi ne pas utiliser tout simplement un compact expert ? ». Et bien, j’ai eu, et je viens de revendre… Après plusieurs voyages, j’emportais toujours mon compact et mon réflex, et au final, le compact restait dans le sac…

Concernant les objectifs, je privilégie les plus polyvalents (question de budget). J’ai donc un 24-70mm f/2.8 ainsi qu’un 24-105mm f/4 (que je n’ose toujours pas revendre par précaution et pour les voyages), un 70-300mm f/4.5-5.6 pour faire des portraits sur le vif en toute discrétion lors des reportages, et enfin une focale fixe, un 50mm f/1.8. J’ai toujours ces trois objectifs dans mon sac, et je les utilise selon mes envies du moment.

Photo de mariage by © Kitkatklik

#03 © Kitkatklik

Quel matériel aimerais-tu (si on exclue toute question de budget) ?

Si Papa Noël ou mon banquier pouvaient être suffisamment compréhensifs… et bien je pense que je m’équiperais en focales fixes ! Un 35mm, un 85mm et un 100mm macro ! Ce serait, bien sur, un idéal. Histoire d’avoir le choix !

Par contre, dans un futur proche, je compte faire l’acquisition d’un objectif bien moins couteux que j’ai découvert récemment, pendant une formation photo. Il s’agit d’un 50mm macro f/2.4. Je l’ai trouvé magique et tellement pratique pour de la photo de détails, très importante notamment lors des reportages mariage.

Et puis pour compléter la panoplie, pourquoi ne pas faire l’acquisition d’un petit pancake 40mm…

Tu n’as pas toujours été photographe, quelle était ta première vie professionnelle et pourquoi cette reconversion ?

Non, en effet.
Suite à l’obtention de mon Master en management touristique en 2009, j’ai intégré un groupe hôtelier au sein duquel j’ai évolué de réceptionniste à responsable d’hébergement. Malheureusement, je multipliais les CDD saisonniers. J’ai donc changé mon fusil d’épaule, et obtenu un CDI en rejoignant un réseau d’agences de voyages en tant que conseillère en vente de voyages. Ce poste était loin de correspondre à mon niveau d’études mais j’espérais évoluer vers des postes à responsabilités avec les années.

Photo d'enfants by © Kitkatklik

#04 © Kitkatklik

Puis en 2012, coup de théâtre, le secteur est en crise. Liquidation et licenciement économique… Un mal pour un bien car à l’époque j’avais de gros soucis familiaux et besoin de beaucoup de temps libre. Je vais rentrer dans des détails très personnels mais ils aident à comprendre ma démarche.

Outre le licenciement, et comme un problème ne vient jamais seul (à ce qu’il paraît), ma maman a développé un cancer cérébral incurable. Ma vie a vraiment basculé à ce moment là. Elle nous a quitté début 2013. Je me suis alors rendu compte que la vie était trop courte et qu’il fallait tout faire pour être heureux. Il n’était plus question pour moi de travailler pour quelqu’un et de faire quelque chose qui ne me correspondait pas à 100 %. Alors quoi de mieux que de vivre de ma passion ? Bon bien sûr, je ne me suis pas lancée uniquement sur cette réflexion. J’ai d’abord évalué mes capacités et mon potentiel. Et comme on dit « qui ne tente rien, n’a rien ! ».

Photo de mariage by © Kitkatklik

#05 © Kitkatklik

Aujourd’hui, je suis photographe professionnelle depuis le 10 juin 2014. Et je suis très heureuse de cette reconversion.

Comment ça se passe pour toi ? Est-ce comme tu l’imaginais ?

Je ne me suis jamais fait trop d’illusions. Je ne fais pas ce métier pour l’argent, mais par passion. Et comme ailleurs, il y a des hauts, et puis des bas… Des jours où on se sent pousser des ailes, et d’autres où on a juste envie de rester sous la couette. Mais dans l’ensemble, et à ce stade, ce n’est que du positif !
Alors oui, c’est sûr, il n’y a aucune sécurité, pas de rémunération garantie en fin de mois, pas de chômage… Mais quel bonheur de se dire que tous les efforts que l’on fait, on les fait pour soi. Et quelle récompense de voir la gratitude dans les yeux de mes clients !
Mon gros défaut est sans doute mon manque de confiance en moi. Cela m’amène à me remettre en question très souvent, trop peut être… Mais cela me fait également avancer. Je sais que la route est longue pour se faire une place et être un jour reconnue.

Et puis j’ai la chance d’avoir un futur mari qui me soutient à chaque instant. Tant sur le plan moral, que sur le plan financier. Parce que quand tu te lances, tu ne deviens pas Crésus en 2 jours ! Sans son aide au quotidien, je n’aurai pas pu me lancer à 100 % dans mon activité. Je sais qu’il trouve cela normal, mais je ne le remercierai jamais assez de me soutenir de la sorte. Il croit en moi, et c’est la plus importante des motivations.

Aujourd’hui, je ne suis qu’au début de mon activité, je n’ai donc pas suffisamment de recul pour savoir si je vais réussir mon pari. Mais à ce stade, il est certain que si c’était à refaire, je le referai !

Qu’est-ce qui a été le + simple et le + dur ?

Le plus simple, sans hésiter, l’inscription à la Chambre des Métiers… Tu remplis trois papiers, tu sors ta CB et tu deviens comme par magie Professionnelle de la Photo !

Le plus dur, se donner une légitimité en tant que tel. C’est encore mon manque de confiance en moi qui s’est exprimé à ce moment là. Mais au fond, qu’est ce qui justifie que moi, petite blonde lambda, je m’attribue le titre de professionnelle (et accessoirement, demande une rémunération pour mon travail) face à une autre personne qui fait de la photo de façon amateur sans rémunération ?

C’est cette frontière invisible entre amateurisme et professionnalisme qui a été difficile à franchir. J’ai dû me faire violence pour afficher des tarifs à la hauteur de mon travail tout en étant consciente du fait que je n’étais pas encore connue (oui parce que j’aspire quand même à être connue un jour…).

Revenons sur ta pratique photo, as tu des personnes qui t’inspirent ?

Bien sûr ! C’est en regardant régulièrement le travail des autres qu’on développe notre propre vision de la photographie. Il ne s’agit pas de plagier ou de recopier, il faut s’avoir se différencier et créer son propre univers.

Photo d'enfant by © Kitkatklik

#06 © Kitkatklik

Cela étant dit, j’apprécie particulièrement le travail de Mathilde Magne, photographe à Toulon, qui a eu la gentillesse de m’accueillir en stage lors de ma reconversion. C’est une personne adorable, humble, qui aime partager. Et ses photos sont remplies d’émotions et de naturel. Un bonheur !

Je suis également le travail d’une photographe parisienne, Agnès Colombo, que j’ai eu la chance de rencontrer lors d’une formation qu’elle donnait à Marseille il y a quelques mois sur les préparatifs de la mariée. Ses photos sont tout en contraste, pleine de vie et parfois réellement poignantes.

Je me dis que le jour où j’atteindrai leur niveau photographique, j’aurai effectué la moitié du chemin pour réussir mon pari.

Ton meilleur souvenir photographique ? Ton pire ?

Mon meilleur souvenir photographique ? Mon premier mariage ! Une journée extrêmement chargée, fatigante et éprouvante mais je me suis régalée ! Les mariés m’ont fait confiance alors que je n’avais pas d’expérience et ils ont été adorables du début à la fin. C’est un peu grâce à eux que j’en suis là aujourd’hui.

Mon pire souvenir photographique ? Le post-traitement de mon premier mariage… J’étais ni organisée, ni familiarisée avec mon logiciel. Un calvaire… Vraiment… Et puis à l’époque, je me cherchais un style photographique. Pas évident ! Mais quel soulagement quand, après l’envoi du coffret DVD aux mariés, j’ai reçu leur petit mail de remerciements : « Tu nous as donné encore une journée de bonheur ». Un vrai coup de boost pour continuer dans cette voie !

Un message à faire passer à mes lecteurs ou en général ?

Je ne suis pas une prêcheuse de bonne parole. Le seul message que j’aimerai faire passer c’est qu’il faut vivre pour soi et non pour les autres. Si vous avez des rêves, donnez-vous les moyens de les réaliser ! Si ça ne marche pas, au moins vous n’aurez pas le regret de ne pas avoir essayé.
A part ça, croisez les doigts pour moi ! Merci d’avance !

Où peut-on te trouver sur le web et les réseaux sociaux ?

On peut me retrouver sur www.kitkatklik.com, mon site internet créé par un ami développeur (Pen2).
J’ai également une page Facebook : https://www.facebook.com/KitkatklikPhotografik
De plus, je serai présente au salon du mariage de Hyères les Palmiers les 11 et 12 octobre prochain, stand 57 !

Vous vous mariez dans la région PACA (Aix en Provence, Marseille, Toulon et les alentours et cherchez votre photographe, cliquez ci-dessous pour découvrir mes prestations :

Prix Photographe Mariage

Photographe à Aix en Provence, je partage avec vous mes plus belles captures, mes astuces et mon quotidien.. Je suis toujours ouvert à l’échange alors n’hésitez pas à me faire vos remarques et/ou critiques pour que l’on en discute !
Sauf mention explicite, la copie et l’utilisation à des fins commerciales ou non de ces contenus ne sont pas autorisées.

10 Commentaires

  1. bruant
    12 septembre 2014

    Cath je te souhaites beaucoup de réussite. Et je sais que tu y arrivera. bonne continuation

    Reply
  2. Thomas Benezeth
    29 août 2014

    Merci David pour cette interview et cette découverte, et bonne chance à Catherine, je te souhaites de réussir 🙂

    Reply
  3. Critidos
    29 août 2014

    KitKatKlik, en abrégé, ça fait KKK, non ? hum 😉
    (Je souhaite à la photographe que Nestlé ne lui tombe jamais dessus pour l’usage du nom des barres chocolatées spéciale pause)

    J’aurais une critique technique à faire pour chaque photo présentée ici, chacune ayant à chaque fois un élément gênant, déséquilibrant, ou faussant la lecture… (Mon vieil attachement aux règles de la photographie 😉 )

    Dans tous les cas, bonne continuation !

    Reply
    • David Steiner
      29 août 2014

      Pour le KKK tu es allé chercher un peu loin lol ! Et pour Nestlé, je pense que Catherine leur fera bientôt de l’ombre (enfin je lui souhaite de bâtir un tel empire !).

      Pour les critiques techniques, avec un peu de tact je pense que ça passera sans souci.

      Reply
    • Catherine - Kit.Kat.Klik Photografik
      29 août 2014

      Alors, alors…
      En effet, la question du rapprochement des 3K avec un certain clan américain a été posée au moment du choix d’un nom commercial. Puis finalement, on s’est dit (mon webmaster et moi) qu’il fallait aller chercher le rapprochement très loin. Et jusqu’à présent, vous êtes la seule personne à m’en parler ! Que je rassure tout le monde, Kit.Kat.Klik n’est en aucun cas une organisation d’extrême droite aux doctrines racistes. 😉
      Ensuite, concernant Nestlé, là encore il y a eu débat et recherches. Il en découle que le secteur d’activité étant complètement différent et que le nom utilisé étant modifié, cela ne pose pas de soucis. Et puis, je me dis que si un jour Nestlé me tombe dessus (bien qu’il n’y ai à priori aucune raison), et bien j’aurai largement réussi mon pari puisque je serai très connue et comme dit David, je leur ferai de l’ombre… enfin, en même temps, je ne vends pas de barre chocolatée logotée KKK…

      Enfin, concernant la critique technique, je l’entends, la prends en considération, la comprends sur certaines photos, beaucoup moins sur d’autres. Je répondrai juste que lorsqu’on est en reportage et qu’on veut des réactions sur le vif, il est difficile d’avoir un angle de vue parfait sans gêne visuelle (une personne qui passe dans le cadre par exemple). Le fait est que c’est un parti pris d’exploiter ces photos car elles expriment quelque chose selon moi, elles sont vivantes et véhiculent une émotion. Je pense aussi que la photo parfaite n’existe pas, ou alors elle est retouchée à mort et ce n’est pas mon but. J’exploite au maximum le naturel. Après ça plait ou ça ne plait pas. C’est comme ça et je ne prétends pas être une surdouée de la photo, bien au contraire. On ne peut pas plaire à tout le monde, et heureusement ! C’est aussi grâce à cela qu’on avance et qu’on se crée son propre style.

      Merci pour votre commentaire en tout cas, la critique est importante lorsqu’elle est constructive ! 😉

      Reply
  4. Seb
    29 août 2014

    Bravo pour cette reconversion réussie. Vue la qualité des clichés, nul doute que c’est promis à une belle réussite 😉
    J’aime bcp la façon dont la page “contact” est conçue 😉

    Reply

Laisser un petit mot